CIRA Marseille (Test)

Accueil > Débats > 2006-2007 > MARSEILLE (CIRA) : Conférence-débat avec Xose Ulla Quiben : La plume rouge et (...)

samedi 7 octobre 2006 |

MARSEILLE (CIRA) : Conférence-débat avec Xose Ulla Quiben : La plume rouge et noire du Père Peinard

samedi 7 octobre 2006

MARSEILLE (CIRA) : Confé­rence-dé­bat avec Xose Ul­la Qui­ben : La plume rouge et noire du Père Pei­nard

Émile Pou­get (1860-1931) s’est éveillé à la ré­volte en as­sis­tant, avec son beau-père, au pro­cès des Com­mu­nards de Nar­bonne qui se dé­rou­la en 1871 de­vant la Cour d’as­sises de l’Avey­ron. En 1879, il par­ti­cipe ac­ti­ve­ment à la créa­tion d’un syn­di­cat des em­ployés du tex­tile et, très vite, il s’af­firme comme anar­chiste. En 1883 il est, avec Louise Mi­chel, en tête d’une ma­ni­fes­ta­tion contre le chô­mage. Trois bou­lan­ge­ries sont pillées au cri de : « Du pain, du tra­vail ou du plomb ». Aux as­sises, il est condam­né à 8 ans de pri­son, il en fe­ra trois. En 1889, il crée Le Père Pei­nard, un jour­nal po­pu­laire dans la li­gnée du Père Du­chêne, écrit dans une langue forte et ima­gée. Ce fut très vite le suc­cès et, bien sûr, une pléiade de pour­suites et d’em­pri­son­ne­ments à Sainte-Pé­la­gie. En 1894, suite au vote des lois « scé­lé­rates », les anar­chistes sont l’ob­jet d’une ré­pres­sion tous azi­muts. Pou­get est de la char­rette du pro­cès des Trente et il se ré­fu­gie en An­gle­terre. En 1895 il re­vient en France et il est ac­quit­té.
Comme beau­coup d’anar­chistes il dé­cide alors, de s’in­ves­tir dans le syn­di­ca­lisme ré­vo­lu­tion­naire. Au 5ème congrès de la CGT, à Pa­ris, en sep­tembre 1900, il est dé­ci­dé de do­ter la confé­dé­ra­tion d’un jour­nal. C’est Pou­get qui se voit char­gé de la ré­dac­tion de La voix du peuple. Et pen­dant plu­sieurs an­nées, avec Grif­fuelhes, il se­ra le grand ar­chi­tecte de la construc­tion d’un syn­di­cat de lutte de classes.
En 1908, après la pro­cla­ma­tion de la grève gé­né­rale par la CGT et la jour­née san­glante du 30 juillet à Vil­le­neuve-Saint-Georges, il est em­pri­son­né pen­dant deux mois. Il a du mal à s’en re­mettre et cesse toute ac­ti­vi­té confé­dé­rale En 1909, dans un der­nier sur­saut, il lance La Ré­vo­lu­tion, un quo­ti­dien syn­di­ca­liste ré­vo­lu­tion­naire. C’est l’échec et il ne s’en re­lè­ve­ra pas.
Ce livre de Xose Ul­la Qui­ben nous conte de ma­nière ma­gis­trale la vie et l’œuvre de cet in­croyable mi­li­tant de l’anar­chisme so­cial que fut Pou­get. Tous ceux et celles qui as­pirent au­jourd’hui, à un syn­di­ca­lisme de com­bat et qui ignorent qu’à ses dé­buts, la CGT prô­nait le sa­bo­tage, la grève gé­né­rale et l’in­sur­rec­tion pour abattre le ca­pi­ta­lisme, se dé­lec­te­ront de sa lec­ture.
Émile Pou­get, la plume rouge et noire du Père Pei­nard bio­gra­phie par Xose Ul­la Qui­ben. Saint-Georges-d’Olé­ron : Édi­tions Li­ber­taires, 2006. 430 p. 15 €.