CIRA Marseille (Test)

Accueil > Débats > 2014-2015 > MARSEILLE (CIRA) : causerie animée par Charles Macdonald : Anthropologie de (...)

samedi 4 octobre 2014 |

MARSEILLE (CIRA) : causerie animée par Charles Macdonald : Anthropologie de l’anarchie et anarchisme

samedi 4 octobre 2014

MARSEILLE (CIRA) : cau­se­rie ani­mée par Charles Mac­do­nald : An­thro­po­lo­gie de l’anar­chie et anar­chisme

Les eth­no­logues ont pu ob­ser­ver de­puis long­temps des com­mu­nau­tés qui ne sui­vaient pas les règles qui sont celles des so­cié­tés mo­dernes, mais ceux-ci, et les sciences so­ciales en gé­né­ral, n’ont pas su en ti­rer les consé­quences théo­riques qui au­raient per­mis de mieux com­prendre l’his­toire et le fonc­tion­ne­ment des col­lec­ti­vi­tés hu­maines.

Ces pe­tites com­mu­nau­tés mar­gi­nales ex­hibent des traits pa­ra­doxaux. Au contraire de nos so­cié­tés fon­dées sur l’in­éga­li­té, la com­pé­ti­tion, l’échange et le pou­voir condui­sant à l’État, ces com­mu­nau­tés sont stric­te­ment éga­li­taires, non com­pé­ti­tives, pra­tiquent le par­tage, ne connaissent au­cune forme de pou­voir per­son­nel ou ins­ti­tu­tion­nel. Elles sont aus­si, fré­quem­ment, non vio­lentes. L’exis­tence de telles com­mu­nau­tés est un état an­cien qu’il est pos­sible de consi­dé­rer comme ana­logue à ce­lui qu’a connu l’en­semble de l’hu­ma­ni­té pen­dant les neuf dixièmes de son exis­tence ter­restre.

Or ces com­mu­nau­tés, pour mar­gi­nales et mi­no­ri­taires qu’elles soient au­jourd’hui, contiennent les prin­cipes mêmes de la forme anar­chique fon­da­men­tale de notre mo­ra­li­té hu­maine. Leurs prin­cipes sont tou­jours à l’œuvre même dans les so­cié­tés ca­pi­ta­listes et in­dus­trielles mo­dernes et ins­pirent tou­jours les mou­ve­ments anar­chistes, en nom ou en es­prit, qui mettent ces prin­cipes en œuvre.

Théo­ri­que­ment l’exis­tence de so­cié­tés « anar­chiques » et les concepts qui les ex­pliquent (l’ex­po­sé se­ra consa­cré en grande par­tie à dé­fi­nir ces concepts) re­nou­vellent la pro­blé­ma­tique des sciences so­ciales et per­mettent de beau­coup mieux com­prendre la vie po­li­tique contem­po­raine. La dé­mo­cra­tie ou le na­tio­na­lisme par exemple s’ex­pliquent fa­ci­le­ment sur cette base an­thro­po­lo­gique.

Charles Mac­do­nald, Di­rec­teur de Re­cherche Émé­rite au CNRS, a pu­blié de nom­breux ou­vrages et ar­ticles sur des groupes eth­niques de l’Asie du Sud-Est. De­puis plu­sieurs an­nées il se consacre à l’éla­bo­ra­tion d’une théo­rie an­thro­po­lo­gique qui met en avant des prin­cipes ex­pli­ca­tifs re­le­vant de la pen­sée anar­chiste. Il a pu­blié à ce su­jet une sé­rie d’ar­ticles en an­glais (cer­tains tra­duits en es­pa­gnol et en grec) dans des ou­vrages col­lec­tifs et des re­vues spé­cia­li­sées (no­tam­ment dans l’ou­vrage Anar­chic So­li­da­ri­ty, co­or­don­né par T. Gib­son et K. Sillan­der, Yale Uni­ver­si­ty, 2011 et dans The Cha­rac­ter of Hu­man In­si­tu­tions, M. Egan ed., Tran­sac­tion Pul­bi­shers, 2014. Il a pro­non­cé une sé­rie de confé­rences en français dans le cadre de l’Uni­ver­si­té Po­pu­laire du Pays d’Aix et ces confé­rences sont consul­tables sur le site :
http://anar­cho­gre­gaire.word­press.com/