CIRA Marseille (Test)

Accueil > Débats > 2014-2015 > MARSEILLE (CIRA) : causerie animée par Charles Jacquier : Rudolf Rocker ou (...)

samedi 6 décembre 2014 |

MARSEILLE (CIRA) : causerie animée par Charles Jacquier : Rudolf Rocker ou la liberté par « en bas »

samedi 6 décembre 2014

MARSEILLE (CIRA) : cau­se­rie ani­mée par Charles Jac­quier : Ru­dolf Ro­cker ou la li­ber­té par « en bas »

Rocker

Né à Mayence (Al­le­magne), et mort aux États-Unis en 1958, Ru­dolf Ro­cker (1873-1958) a été du­rant des dé­cen­nies une des fi­gures mar­quantes de l’anar­chisme et de l’anar­cho-syn­di­ca­lisme au ni­veau in­ter­na­tio­nal. Pour­tant, il de­meure en­core peu connu en France. La ré­cente pu­bli­ca­tion du livre col­lec­tif Ru­dolf Ro­cker ou la li­ber­té par en bas1 ap­porte au pu­blic fran­co­phone des élé­ments es­sen­tiels pour connaître sa vie et ses idées. En at­ten­dant, peut-être, de nou­velles tra­duc­tions de ses œuvres, elle de­vrait in­ci­ter tous ceux qui sont sou­cieux de pen­ser les condi­tions d’une vé­ri­table éman­ci­pa­tion so­ciale à re­ve­nir à ses écrits dé­jà tra­duits en français2.
Dans le pays qui fut le ber­ceau de la so­cial-dé­mo­cra­tie in­ter­na­tio­nale et du mar­xisme de par­ti, dont on me­sure chaque jour l’am­pleur de l’échec his­to­rique, Ru­dolf Ro­cker dé­montre qu’une autre voie était pos­sible, qu’il s’em­ploya sa vie du­rant à ex­plo­rer mal­gré des dif­fi­cul­tés de tous ordres et les dif­fé­rents vi­sages que prit la contre-ré­vo­lu­tion.
Il s’agi­ra ici de rap­pe­ler quel fut son iti­né­raire en in­sis­tant sur deux as­pects : sa contri­bu­tion au mou­ve­ment anar­cho-syn­di­ca­liste al­le­mand et à l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale des tra­vailleurs de Ber­lin, fon­dée en 1922, et sa cri­tique du bol­che­visme et de l’Union so­vié­tique.

Alors que ce que l’on nomme par an­ti­phrase le « dé­bat d’idées » est de plus en plus do­mi­né par des faus­saires ré­ac­tion­naires aux­quels le « plu­ra­lisme » mé­dia­tique op­pose quelques rares nos­tal­giques du « camp so­cia­liste » et de « l’idée com­mu­niste », Lé­nine et Mao à la bou­ton­nière, la lec­ture de Ru­dolf Ro­cker ap­porte une bouf­fée d’air frais et quelques idées claires sur les fon­de­ments de l’éman­ci­pa­tion so­ciale, en par­ti­cu­lier sur le fait que « la dic­ta­ture est le moins adap­té de tous les moyens pour don­ner nais­sance à une nou­velle com­mu­nau­té hu­maine ».


1À contre­temps, « Ru­dolf Ro­cker ou la li­ber­té par en bas », Les Édi­tions Li­ber­taires et édi­tions Na­da, 2014, 300 pages, 18 eu­ros.
2 – En par­ti­cu­lier : Théo­rie et pra­tique de l’anar­cho-syn­di­ca­lisme (Aden, 2011) ; Na­tio­na­lisme et culture (Les Édi­tions Li­ber­taires et édi­tions CNT-RP, 2008) ; Les so­viets tra­his par les bol­che­viks (Spar­ta­cus, 1998).


Ces livres sont dis­po­nibles au CI­RA.